Navigation – Plan du site
Revue des revues / Note(s) de lecture

COHEN-AZRIA Cora, LAHANIER-REUTER Dominique et REUTER Yves (2013). Conscience disciplinaire. Les représentations des disciplines à la fin de l’école primaire

Rennes : Presses universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 113 p. ISBN : 978-2-7535-2849-9
Régine Delamotte
p. 194-196
Référence(s) :

COHEN-AZRIA Cora, LAHANIER-REUTER Dominique et REUTER Yves (2013). Conscience disciplinaire. Les représentations des disciplines à la fin de l’école primaire. Rennes : Presses universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 113 p. ISBN : 978-2-7535-2849-9.

Texte intégral

1Cet ouvrage présente les tenants et les premiers aboutissements d’une recherche collective qui se déroule depuis une dizaine d’années à partir du concept de « conscience disciplinaire » et qui est amenée à se poursuivre.

2Le concept, comme les objets de cette recherche, se situent à la croisée de deux trajectoires scientifiques. D’une part, les divers travaux menés depuis 2003 au sein de l’équipe Théodile-CIREL qui montrent, entre autres, des différences dans la manière dont les élèves perçoivent et disent les disciplines scolaires (Reuter, 2007a, 2010, 2012). D’autre part, des travaux de cette même équipe sur les effets d’une pédagogie Freinet dans les apprentissages et les conduites des élèves (Reuter, 2007b). La première trajectoire a construit le concept de conscience disciplinaire en relation avec des concepts proches comme celui de « rapport à » ou de « représentation » (terme qui apparait en sous-titre de l’ouvrage). La seconde a fourni un terrain permettant de mettre le concept d’élaboration de la conscience disciplinaire des élèves à l’épreuve de la diversité des modes d’enseignement et des modèles pédagogiques.

3L’ouvrage propose ainsi un certain nombre d’études portant sur la manière dont des élèves de fin d’école primaire, de populations différentes (sur les plans sociologique et pédagogique) disent leurs représentations des différentes disciplines que sont le français, les mathématiques et les sciences.

4Issu d’un travail collectif sur un temps long, cet ouvrage présente une organisation qui met le lecteur devant une recherche en mouvement et c’est là, sans doute, l’un de ses plus grands mérites. Les ouvrages collectifs ne sont souvent que la réunion (la juxtaposition) de travaux portant sur un thème, décliné à son tour en sous-thèmes. Rien de tel dans le présent ouvrage qui comprend neuf contributions se renvoyant les unes aux autres. La qualité de ce renvoi tient sans doute à l’habitude des auteurs de travailler ensemble et de penser collectivement leurs recherches.

5Les deux premières contributions du volume concernent les choix des chercheurs de l’équipe sur les plans théorique (Reuter) et méthodologique (Hassan et Lahanier-Reuter). Les autres chapitres regroupent des contributions empiriques et constituent un important travail de terrain puisque treize classes ont fait l’objet de cette étude qui croise des observations de classes, des entretiens avec les enseignants et, partie centrale de la recherche, des questionnaires soumis aux élèves (environ trois cents récoltés). La manière dont les élèves « reconstruisent » les disciplines étant l’objet visé en priorité par l’étude. Cette reconstruction concerne le français (Hassan), les mathématiques (Lahanier-Reuter) et les sciences (Cohen-Azria). Mais un troisième chapitre, particulièrement utile, donne un éclairage comparatif sur les « matières » travaillées et leur hiérarchisation par les élèves, à savoir leur classement par ordre d’importance (Lahanier-Reuter). Avant le chapitre conclusif, une étude sur la matière « français » confronte les réponses données par les élèves et les entretiens menés avec les enseignants afin de mettre en lumière de possibles consensus et tensions dans les deux discours (Fialip-Baratte et Szajda-Boulanger). L’intérêt de ce chapitre est aussi de comparer des classes traditionnelles du point de vue pédagogique et des classes Freinet.

6La synthèse finale (Reuter et Delcambre) tente d’ouvrir le débat sur des questions plus que de le clore sur des résultats. Ceux-ci apparaissent, cependant, clairement dans les domaines problématique, théorique et méthodologique. La problématique de la conscience disciplinaire bouscule des évidences dans les représentations que nous avons des disciplines et qui sont peu ou mal interrogées. La théorisation proposée (configuration disciplinaire, espaces disciplinaires, sujet/apprenant disciplinaire, reconstructions homogènes/hétérogènes, pertinence des cadres de référence, etc.) permet en effet de mieux « solidariser », comme le formule fort justement Yves Reuter, l’appareillage conceptuel des didactiques. Les modalités d’existence des disciplines chez les enseignants et les élèves, sans oublier les chercheurs, demandent, en effet, à être mieux décrites et explicitées dans leur complexité et leur dynamique. L’apport de l’ouvrage s’agissant du point de vue des élèves est inédit et nous révèle plus de cent désignations des matières avec des mises en mots différentes de celles des instructions officielles. L’hypothèse de malentendus entre enseignants et élèves, néfastes aux apprentissages, semble confirmée par ces variations de contenus et de découpages disciplinaires largement sous-estimés. L’ouvrage invite aussi au débat sur la manière de questionner les élèves. La solution qui éviterait toute induction des réponses par la formulation des questions étant utopique, des mises en garde sont versées à la discussion en particulier dans le domaine de l’interprétation des résultats. Du côté des maitres, il est rappelé combien la plus grande prudence est requise dans la mise en relation entre déclarations et pratiques.

7On peut retenir l’idée que les variations de conscience disciplinaire dépendent des étapes du cursus (problème de l’acculturation scolaire), des types de classes (communauté des élèves et effet-maitre), des styles pédagogiques (classiques ou alternatifs) et de la qualité des relations avec les familles. Il y aurait une sorte de « noyau dur » des disciplines excédant l’enceinte de l’institution scolaire et stable dans la durée qui expliquerait la résistance aux changements d’évolution de leur perception sociale. Ainsi, la hiérarchisation des disciplines met toujours le français et les mathématiques en tête, mais avec une vision plus hétérogène du français (vingt-quatre mentions différentes contre dix). Des représentations de repérage dans le temps des trois disciplines étudiées subissent le poids de la tradition : le français dès la maternelle, les mathématiques à partir du CP et les sciences venant ensuite. Il en est de même des spécificités communément attribuées à ces trois disciplines : saillances de la « grammaire » pour le français, des « opérations » pour les mathématiques et des « expérimentations » pour les sciences. Mais le corpus fournit aussi de nombreux autres indicateurs disciplinaires qui émergent du discours des élèves, souvent contre toute attente (dissociation entre cours et exercices, question des emplois du temps, dimension spatiale, etc.). L’ouvrage est par ce foisonnement passionnant à lire et incite le lecteur à tenter l’exploration.

8Finalement, des corrélations apparaissent entre formes de conscience disciplinaire et performances des élèves. Mais elles semblent encore insuffisantes pour franchir le pas de la causalité. L’aventure va donc être poursuivie. Disons, pour terminer, que le lecteur sort de cet ouvrage convaincu que le concept proposé est un outil opératoire pour explorer les pratiques des enseignants, des élèves et des familles. Et, surtout, un concept qui peut permettre le débat entre disciplines de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Reuter Y. (2007a). « La conscience disciplinaire. Présentation d’un concept ». Éducation et didactique, vol. I, n° 2, p. 57-71.

Reuter Y. (dir.) (2007b). Une école Freinet. Fonctionnements et effets d’une pédagogie alternative en milieu populaire. Paris : l’Harmattan.

Reuter Y. (dir.) (2010). Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques. Bruxelles : De Boeck.

Reuter Y. (2012). « La conscience disciplinaire : réflexions en cours ». In Laroussi F. et Penloup M.-C. (dir.) Identités langagières. Rouen : PURH, coll. « Dyalang », p. 217-223.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régine Delamotte, « COHEN-AZRIA Cora, LAHANIER-REUTER Dominique et REUTER Yves (2013). Conscience disciplinaire. Les représentations des disciplines à la fin de l’école primaire », Repères, 51 | 2015, 194-196.

Référence électronique

Régine Delamotte, « COHEN-AZRIA Cora, LAHANIER-REUTER Dominique et REUTER Yves (2013). Conscience disciplinaire. Les représentations des disciplines à la fin de l’école primaire », Repères [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://reperes.revues.org/919

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • Revues.org