Navigation – Plan du site
Revue des revues / Notes de lecture

CANI Isabelle, CHABROL-GAGNE Nelly et d’HUMIÈRES Catherine (dir.) (2007). Devenir adulte et rester enfant ? Relire les productions pour la jeunesse

Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise-Pascal, 493 p.
Jean-Louis Dufay
Référence(s) :

CANI Isabelle, CHABROL-GAGNE Nelly et d’HUMIÈRES Catherine (dir.) (2007). Devenir adulte et rester enfant ? Relire les productions pour la jeunesse. Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise-Pascal, 493 p.

Texte intégral

1En même temps que la brillante monographie qu’on vient d’évoquer, Isabelle Cani a coordonné, en collaboration avec deux de ses collègues clermontoises, Nelly Chabrol-Gagne et Catherine d’Humières, un vaste ouvrage collectif et pluridisciplinaire consacré à l’étude des « productions pour la jeunesse » dans leur ensemble – entendons par là la littérature pour la jeunesse, car le cinéma n’est pas traité, et l’album et la BD ne le sont que dans quatre articles – que les 39 contributeurs ont été invités à relire sous l’angle des valeurs opposées du « devenir adulte » et du « rester enfant ». Trois parties scandent l’ouvrage, qui constitue en fait les actes d’un colloque international qui s’est tenu à Clermont-Ferrand du 18 au 20 mai 2006.

2La première partie aborde la question d’un point de vue historique en montrant que l’obligation de grandir est une injonction qui s’est développée dans le monde moderne depuis la Renaissance (Thierry Wanegffelen), qu’elle est déjà repérable dans les romans de la comtesse de Ségur à travers l’omniprésence qu’y occupe le thème de la mort (Claudine Giachetti), dans les romans maritimes centrés sur la figure du jeune mousse (Odile Gannier), et, d’une manière plus générale, dans le projet fondateur de la Troisième république (Aude Dontenwille-Gerbaud). L’attention est portée ensuite sur les supports privilégiés de cet idéal pédagogique, à savoir les images d’une part (Geneviève Djenati) et les histoires de l’autre (Claude de la Génardière).

3La seconde partie s’intéresse au contenu des ouvrages proprement dits. D’abord pour tenter une nouvelle définition du genre « littérature de/pour la jeunesse », qui se fonde, très pragmatiquement sur le double critère du destinataire (ces livres s’adressent en tout cas aux enfants) et de la thématique (ces livres tournent tous autour de la tension adulte/enfant) (Virginie Douglas). Ensuite, pour étudier la manière dont ces œuvres exploitent la double contrainte (inciter à grandir et à rester enfant) comme une « tension féconde ». Sont ici abordées des œuvres aussi diverses que le Télémaque de Fénelon (France Néven), les romans de Dickens (Max Véga-Ritter), le Pinocchio de Collodi (Catherine Boré), les romans de Edith Nesbit (Isabelle Guillaume), le Peter Pan de Barrie (Monique Chassagnol), La Medeleni du Roumain Ionel Teodoreanu (Gina Puica), Il Segreto del Bosco Vecchio de Dino Buzatti et Le petit Prince de Saint-Exupéry (Catherine d’Humières) ou le Harry Potter de Rowling (Marie Burkhardt), mais aussi des thèmes comme le paradis perdu (Danièle Henky) ou le vampire (Liliane Cheilan). Une question générique également : celle des fonctions différenciées qui sont associées d’une part aux séries où les personnages semblent se mouvoir sans murir dans un temps immobile et d’autre part aux cycles romanesques où ils grandissent et évoluent d’épisode en épisode (Anne Besson). Une place importante est ensuite réservée à l’abondant corpus des « références inversées », qui s’adressent souvent prioritairement aux adultes, comme les réécritures des contes de Perrault (Christiane Pintado), le Vendredi de Tournier (Kiera Vaclavik), le roman de Russel Banks Sous le règne de Boone, la version de Peter Pan revisitée par le bédéaste Régis Loisel (Nathalie Prince), les contes policiers de la saga Malaussène de Daniel Pennac (Marie-France Rouart) et les contes d’enfants pour adultes (Muguras Constantinescu). Quatre contributions s’intéressent enfin à des textes qui ont conquis pareillement les publics enfantins et adultes, à savoir le roman d’Hermann Schulz Sur le fleuve (Joël Manchon et Claude Le Manchec), les contes pour enfants de George MacDonald (Benjamine Toussaint-Thiriet), l’œuvre de Tolkien (Charles Ridoux) et une nouvelle fois Le Petit Prince de Saint-Exupéry (Claire Lise Malarte-Feldman).

4La troisième partie passe de la diégèse à la réception, du plan thématique à celui de la lecture : on s’intéresse ici à la manière dont les œuvres de jeunesse construisent leur lecteur et/ou aident celui-ci à « grandir autrement ». Une première contribution étudie cette question d’une manière générale (Nelly Chabrol-Gagne). Les suivantes la traitent en comparant certains choix contrastés de traductions (Roberta Pederzoli), puis en s’intéressant aux effets produits sur les jeunes lecteurs par un thème particulier comme celui de l’ile (Danièle Dubois-Marcoin), par des textes de complexité variée (Catherine Tauveron), par un roman subversif, comme Les aventures d’Auren, le petit serial killer de Joseph Danan (Christiane Page), puis enfin en analysant les souvenirs de lectures enfantines qu’ont livrées un certain nombre d’écrivains célèbres (Françoise Alexandre).

5Jean Perrot se charge enfin de mettre en perspective toute la problématique de l’ouvrage en opposant deux conceptions de l’enfance, l’enfance comme âge de la vie et l’enfance comme « manière d’être dans le discours », lesquelles correspondent à deux conceptions du temps, la durée objective du Chronos et le temps originaire de l’Aiôn. Citant l’ethnopsychiatre Georges Devereux, Perrot souligne ensuite combien la tendance à prolonger l’enfance est propre à l’Occident moderne et va de pair avec une dévalorisation des réalités de la vie adulte. Selon lui, il existe pourtant un moyen d’échapper à la nostalgie, et il réside dans le jeu tel que le décrit le philosophe Giorgio Agamben, un jeu proposé par la littérature, et qui permet à l’enfant de résister à l’emprise des mythes et des rites pour se mouvoir dans un temps suspendu, propice aux surprises de l’imaginaire et à l’appropriation du Gai Savoir. Un récit illustré de Philippe Dumas, Le professeur Octave Ecrouton-Creton, est lu par Perrot comme la mise en abyme de cette leçon émancipatrice.

6Comme tous les actes de colloque, l’ouvrage fait voisiner des communications de haut vol – parmi lesquelles j’épinglerai en toute subjectivité celle de Thierry Wanegffelen, celle de Virginie Douglas, celle de Catherine Boré, celle de Jean Perrot et celle d’Anne Besson (dont l’étude des enjeux respectifs de la série et du cycle me semble fondamentale) – et des textes plus modestes, qui par exemple se limitent à exposer les contenus ou à célébrer les vertus de telle ou telle œuvre pour la jeunesse. Une mention spéciale s’impose à propos de la communication de Catherine Tauveron, qui est la seule à donner – avec la finesse d’observation qu’on lui connait – la parole à des réceptions effectives d’enfants lecteurs (à propos de la lecture de quatre albums de Rascal) et à conférer par là une dimension didactique à son analyse.

7D’une manière générale, malgré une hétérogénéité rendue inévitable par le nombre des contributeurs, le livre séduit par le caractère soigné de son écriture et de sa mise en forme – un travail énorme a manifestement été réalisé par les éditeurs – et par sa cohérence : la dimension multidisciplinaire, patente, apporte un croisement de regards fécond, et chaque auteur s’est réellement astreint à analyser ses données à la lumière de la question commune posée par les coordinateurs. Tout au plus pourra-t-on regretter la manière artificielle dont quelques textes (quatre ou cinq) se réfèrent à la thèse de la « double contrainte », alors que celle-ci ne parait pas centrale dans leurs données, voire se trouve en tension avec elles sans que cela soit clairement explicité. À ce propos, cette thèse, toute convaincante qu’elle soit, n’aurait-elle pas gagné à être soumise plus nettement à un débat contradictoire ? Dans ce livre, les tenants de Peter Pan et de la magie de l’enfance semblent avoir été réduits au silence. C’est la seule limite d’une entreprise qui s’avère, pour le reste, à la fois passionnante pour la réflexion et d’une remarquable richesse d’information et d’analyse pour les formateurs comme pour les enseignants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Dufay, « CANI Isabelle, CHABROL-GAGNE Nelly et d’HUMIÈRES Catherine (dir.) (2007). Devenir adulte et rester enfant ? Relire les productions pour la jeunesse », Repères [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 18 juin 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://reperes.revues.org/858

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Dufay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • Revues.org