Navigation – Plan du site
Revue des revues / Notes de lecture

CANI Isabelle (2007). Harry Potter ou l’anti Peter-Pan. Pour en finir avec la magie de l’enfance

Paris : Fayard, 321 p.
Jean-Louis Dufay
Référence(s) :

CANI Isabelle (2007). Harry Potter ou l’anti Peter-Pan. Pour en finir avec la magie de l’enfance. Paris : Fayard, 321 p.

Texte intégral

1Isabelle Cani, qui enseigne la littérature à l’Université Blaise-Pascal de Clermont Ferrand, s’était déjà fait remarquer en 2005 par un essai sur le mythe du Graal, qu’elle proposait de relire comme une clé pour sortir de la modernité. C’est à un autre mythe qu’elle s’attaque dans ce nouvel opus, consacré à la figure incontournable de la littérature de jeunesse qu’est devenu Harry Potter. La thèse de Cani est qu’Harry constitue l’antithèse de son glorieux prédécesseur Peter Pan. Si ce dernier incarne l’enfant qui refuse de grandir, et partant l’idéal de la magie de l’enfance perpétuelle, Harry Potter, à l’inverse, est un héros qui tourne peu à peu le dos à son enfance pour accéder à la lucidité et aux préoccupations propres à l’âge adulte.

2Au-delà de son intérêt littéraire, cette opposition est présentée comme emblématique des valeurs des sociétés qui ont vu naitre les deux personnages : autant le héros de James Barrie reflétait le besoin d’enfance et de fantaisie d’une société victorienne hantée par le sérieux et l’austérité, autant celui de Joan K. Rowling exprimerait les valeurs de la raison et de la lucidité qui sont perçues comme essentielles aujourd’hui face aux tentations du jeu et de l’irresponsabilité généralisés.

3Cette thèse limpide est développée de manière méthodique au fil de sept chapitres remarquablement argumentés, qui attestent d’une connaissance approfondie de la saga d’Harry Potter.

4Consacré au monde « magico-réaliste » créé par J.K. Rowling, le premier chapitre montre combien Poudlard se présente certes comme un pays fantastique réservé aux enfants, mais aussi comme une public school traditionnelle où les personnages se comportent de manière bien plus réaliste et raisonnable que dans les contes merveilleux. Cet univers est du reste l’objet d’un désenchantement progressif, qu’analyse minutieusement le second chapitre. À la suite d’un article d’Anne Besson, Cani montre ici que, contrairement aux séries du type « Club des cinq », qui se déroulent dans une sorte de temps immobile où les héros gardent toujours le même âge, un cycle comme celui de Harry Potter, où chaque épisode correspond à une année de la vie des personnages, permet de voir ceux-ci grandir lentement. Le fait que Poudlard soit un lieu d’où l’on peut sortir amène en outre à relativiser le monde des sorciers, ce qui permet à Harry de développer sa réflexivité, de démystifier certains phénomènes comme celui des fantômes ou de tirer des leçons de ses propres agissements, notamment à l’occasion de sa confrontation au miroir de Rised.

5Le troisième chapitre s’intéresse à une source cachée du cycle, à savoir les romans pour la jeunesse du Britannique Anthony Horowitz, L’ile du Crâne (1983) et Maudit Graal (1990). L’exploitation des récits de cet auteur sont visibles à travers des analogies structurelles et des emprunts à peine déguisés, mais Rowling semble s’être également inspirée d’autres sources antérieures, comme les thèses relatives au grand retour des sorciers en Occident, et ultérieures, comme la prégnance accordée à la sorcellerie dans une société de consommation marquée par un certain infantilisme. Quoi qu’il en soit, son récit peut être lu comme une réponse à ceux d’Horowitz : pour elle il s’agit de passer de l’immersion ludique dans l’univers de la magie noire à la prise de conscience d’une nécessité de se défendre contre les forces du mal.

6Une autre source implicite, traitée dans le chapitre quatre, est évidemment l’œuvre de James Barrie, dont le Peter Pan constituerait le contremodèle d’Harry Potter. L’étude des motifs et des fonctions du Neverland de Barrie, présenté par Isabelle Cani comme le Pays du Jamais Adulte, débouche sur l’établissement d’intéressants parallélismes entre les personnages des deux récits : à bien des égards Mr Dursley apparait comme l’héritier de Mr Darling, Hermione, comme l’héritière de Wendy, et Voldemort, comme le successeur du Capitaine Crochet. Dans les deux récits sont également repérés des phénomènes de doubles, qui tantôt se ressemblent tantôt se différencient. La spécificité d’Harry Potter par rapport à Peter Pan est cependant nette : pour le héros de Rowling, la vie évolue, elle se présente comme le lieu d’une grande aventure, où il n’est pas possible de rester gai ou innocent à tout prix, mais où il s’agit encore moins de se montrer égoïste et sans cœur, l’enjeu étant tout simplement d’accéder peu à peu à la lucidité de l’âge adulte.

7Comme le montre le cinquième chapitre, l’œuvre de Rowling peut aussi être lue comme le lieu d’une interrogation sur la différence des genres, dans la mesure où la fantaisie y apparait comme un trait typiquement masculin alors que la raison semble être l’apanage des filles et des femmes. Ce sont seulement les garçons en effet, Harry en tête, qui jouent de la baguette, du serpent ou du manche à balai magique ; mais c’est à Hermione que reviennent les lauriers de la réussite scolaire, et il est frappant de constater que le murissement d’Harry coïncide en partie avec sa féminisation, avec sa capacité progressive d’harmoniser la raison et les sentiments au sein d’un nouveau partage des genres. À l’inverse, on ne peut ignorer que la « gaminerie » qui hante la série et lui confère une partie de son charme est présentée comme une caractéristique essentiellement masculine.

8Cela étant, comme l’expose le chapitre six, grandir, pour Harry, passe par une épreuve douloureuse, celle qui consiste à soulever les voiles du passé, et notamment à se découvrir marqué par le destin tragique de ses parents, Lily et James, à apprendre ce qui est arrivé à son père, le deuil de sa mère, l’amour déçu et tacite du professeur Rogue pour cette dernière, la manière dont Dumbledore et sa famille ont séquestré leur jeune sœur Ariane pour maitriser ses pouvoirs magiques, ce qui révèle à Harry les dangers d’une magie incontrôlée. De ces découvertes successives résulte un élargissement de la vision qui fait accéder Harry à un monde non manichéen, où ceux qui semblaient parfaits (comme les parents) s’avèrent faillibles et où les personnages hostiles (comme Rogue) se révèlent plus excusables et humains qu’ils ne le paraissaient.

9Le septième chapitre s’intéresse enfin au combat contre le double, qui, pour Harry, sera le prix à payer pour pouvoir grandir. Après avoir montré que l’attitude de Voldemort pouvait être expliquée par la référence au nazisme, Isabelle Cani décrypte la dimension énigmatique du nom de ce personnage, mais aussi son caractère infantile, la magie apparaissant chez lui comme un opérateur de régression, alors que Harry, à l’inverse, s’en dégage peu à peu, pour faire le choix de la faiblesse et des limites assumées, ce qui permet de conclure que, pour lui, grandir, c’est mourir beaucoup.

10En conclusion de cet essai magistral, Isabelle Cani souligne combien l’évolution de Harry Potter apparait comme une invitation à en finir symboliquement avec les illusions de l’éternelle enfance. Le public large de cette saga romanesque atteste bien de l’intérêt que son message présente pour toutes les générations : si, dans un premier temps, ils sont attirés par le miel du merveilleux, les lecteurs jeunes et moins jeunes ne sont pas longtemps dupes de l’innocence apparente des situations. À preuve, la rumeur qui a longtemps couru sur Internet selon laquelle Harry allait mourir à la fin du récit. Si de nombreux fans du jeune sorcier ont pu concevoir cette hypothèse tragique comme plausible, n’est-ce pas parce qu’ils ont parfaitement compris qu’au-delà de ses aspects divertissants, il s’agissait d’une histoire sérieuse et grave, susceptible d’évoluer comme dans la vraie vie ?

11L’ouvrage, on l’aura compris, n’a pas de prétention didactique. Pour autant, par sa rigueur analytique comme par sa force argumentative, il s’impose comme une référence incontournable pour tous ceux qui ont à enseigner la littérature de jeunesse et qui ont le souci d’en comprendre et d’en évaluer les enjeux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Dufay, « CANI Isabelle (2007). Harry Potter ou l’anti Peter-Pan. Pour en finir avec la magie de l’enfance », Repères [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 18 juin 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://reperes.revues.org/855

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Dufay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • Revues.org