Navigation – Plan du site
Revue des revues et notes de lecture

COLTIER Danielle, AUDRAS Isabelle et DAVID Jacques (dir.) (2016). « Enseigner la grammaire : contenus linguistiques et enjeux didactiques »

Le français aujourd’hui, n° 192. Paris : AFEF – Armand Colin. ISSN : 0184-7732
Francis Grossmann
p. 162-164
Référence(s) :

COLTIER Danielle, AUDRAS Isabelle et DAVID Jacques (dir.) (2016). « Enseigner la grammaire : contenus linguistiques et enjeux didactiques ». Le français aujourd’hui, n° 192. Paris : AFEF – Armand Colin. ISSN : 0184-7732.

Texte intégral

  • 1 Rappelons que Repères a régulièrement contribué à ce débat, en particulier à travers ses numéros ; (...)

1Comme le soulignent les éditeurs au début de leur présentation, ce numéro du français aujourd’hui s’inscrit dans un contexte de remaniement important des programmes scolaires (nouveaux programmes pour les cycles 2 et 3 du primaire à la rentrée 2016). Au-delà, il répond à un besoin souvent exprimé, notamment de la part d’enseignants de collège, devant les questions et les problèmes que suscite l’enseignement de la grammaire. D. Coltier, I. Audras et J. David trouvent trois raisons essentielles à ce malaise persistant, que ne parviennent pas à dissiper les publications qui s’attaquent régulièrement au sujet1 :
– une terminologie grammaticale qui déconcerte élève et enseignants ;
– le déficit de formation en linguistique et en grammaire des enseignants ;
– la diversité des discours sur l’enseignement de la langue et des finalités que lui assigne l’école.

2Les contributions proposées partent de ce constat et tentent d’apporter quelques réponses, en se plaçant principalement du côté de l’enseignement « langue première ».

3B. Bouard conduit une enquête historique instructive sur la manière dont le « complément du verbe » a été introduit dans l’enseignement de la grammaire. Elle procède pour ce faire à une comparaison des trois terminologies grammaticales officielles de 1910, 1975, et 1997 en articulant la question des compléments du verbe à celle de la typologie verbale. Une des conclusions intéressantes de son étude est qu’« il est difficile de continuer à envisager l’enseignement dissocié des classes de comportements et des types de verbes ». Le recentrage sur la rection verbale permet seul en effet de mieux intégrer la transitivité indirecte dans un classement des verbes, à accorder une place aux verbes de localisation obligatoire, ou encore à faire une place aux verbes à deux compléments.

4K. Meshoub-Manière traite quant à elle, à partir de l’examen de manuels scolaires de l’école élémentaire, de la manière dont est didactisée la question du genre grammatical à l’école. Ses observations débouchent sur un constat : la plupart des manuels présentent aux élèves « une vision partielle et erronée du fonctionnement de la notion de genre », qui peut leur laisser croire que le genre est toujours et seulement en relation avec « le sexe des choses ». Il ne s’agit pas là d’une question secondaire, puisqu’elle traduit la difficulté qu’a l’école à construire une attitude métalinguistique sur le long terme, pourtant indispensable à la réflexion morphologique et grammaticale.

  • 2 C’est-à-dire un complément intégré à la structure syntaxique du constituant considéré (ce que d’aut (...)

5C. Delhaye examine l’intégration dans la grammaire scolaire de la notion de complétive. Elle plaide pour la réintroduction des complétives dans une nouvelle typologie des subordonnées qui s’appuie sur la distinction de trois grandes fonctions : la fonction modifieur du N, la fonction complément sélectionné2 (du verbe, du nom ou de l’adjectif), et la fonction ajout (au verbe ou à la phrase). Une telle proposition – qui n’apparait pas en contradiction avec les programmes scolaires – permettrait de donner une plus grande cohérence au traitement de la phrase complexe : dans la mesure où d’autres types de subordonnées peuvent occuper une position de complément sélectionné (la conjonction en que et sa réduction à l’infinitif, les relatives indirectes mais aussi les relatives substantivées), le terme de complétive permettrait de traiter l’ensemble de ces compléments. Le principal étant, rappelle l’auteur, citant F. Brunot à propos des subordonnées, de montrer que davantage que le classement formel, l’important est de montrer « quel rôle elles jouent et surtout quel sens elles ont ».

6Dans la partie « consacrée aux pratiques de classe », C. Masseron reprend à sa façon la question du verbe et la question du classement de ses compléments, décidément à l’honneur dans ce numéro, à partir d’une étude de cas sur le verbe changer. Elle opère, en se plaçant dans une perspective didactique, une synthèse des apports (lexique-grammaire, approche pronominale, approches sémantiques et lexicographiques…) qui ont renouvelé l’approche linguistique du verbe, considéré comme le point nodal au détriment du cadre phrastique, utilisé traditionnellement. La polysémie verbale de changer donne l’occasion de tester la manière dont on peut construire, à partir d’un corpus d’emplois effectifs, une série de « classifieurs » qui fournissent les clés de fonctionnement des différents exemples analysés. Il est intéressant de noter qu’à partir d’une entrée plus lexicographique, on retrouve des questions abordées sous un autre angle par B. Bouard et C. Delhaye. Quelques pistes didactiques intéressantes, quoiqu’un peu rapides, servent de conclusion, et visent à dégager deux types de progression : la première connectée au programme d’étude et aux genres convoqués (par exemple l’étude des verbes de parole serait corrélée à celle du discours rapporté) ; la deuxième, interne, reposerait sur la logique même des « classifieurs » dégagés : de manière logique, la diathèse et la réversibilité des arguments du verbe serait mise en phase avec l’étude du passif.

7J. David et S. Wattelet abordent la question des savoirs orthographiques, en partant du principe, aujourd’hui étayé par de nombreuses recherches, que les apprentissages liés à l’orthographe passent par la construction d’une compétence réflexive face à l’écrit. La recherche dont ils rendent compte se situe au CE1, dans trois types de situations qui conduisent les élèves à réviser leurs écrits ainsi qu’à expliciter leur choix. Leur étude montre que les élèves « construisent des procédures extrêmement complexes et de plus en plus abstraites, en passant du lexical au grammatical, du sémantique au syntaxique ». Les auteurs concluent avec prudence, tant du point de vue des résultats de leur étude, qui doivent être vérifiés sur un échantillon plus large, que du point de vue des dispositifs mis en œuvre qui doivent être complétés par d’autres, « plus classiques ou plus novateurs ». Ils fournissent en tout cas d’ores et déjà des éléments concrets fort utiles pour développer la compétence réflexive liée aux savoirs orthographiques.

8Trois contributions stimulantes ferment le numéro. La première, de D. Ulma, propose de prendre au sérieux le fait que la grammaire doit être fondée sur la construction de véritables concepts, et non de simples notions, définies et empilées sans rigueur. Elle prolonge ainsi des réflexions déjà menées autrefois par B.-M. Barth, ou en didactique des sciences, par J.-P. Astolfi, mais qui restent plus que jamais à l’ordre du jour. La seconde, de M. Candelier, rappelle l’importance qu’il y a à faire converger les activités métalinguistiques au sein d’une « didactique intégrée » des langues. Là encore, si cette volonté d’ancrer les activités grammaticales dans une compétence plurilingue n’est pas nouvelle, le cloisonnement des disciplines au sein de l’école française n’a que rarement permis de l’assoir véritablement, et ce programme nécessaire reste encore à développer. Enfin, la postface que propose M. Wilmet réagit à « quelques points névralgiques » qu’a suscités chez lui la lecture des autres contributions. Il insiste à son tour sur la nécessité d’une construction progressive des apprentissages, qui ne s’encombre pas trop précocement d’une terminologie complexe, et propose de son côté également quelques remaniements iconoclastes, avec l’espoir qu’« une grammaire qui joue cartes sur table et associe les élèves aux démarches intellectuelles perde son image rébarbative ».

Haut de page

Notes

1 Rappelons que Repères a régulièrement contribué à ce débat, en particulier à travers ses numéros ; voir entre autres, si l’on se limite à la nouvelle série, les numéros 14 (1996), 39 (2009) et 41 (2010).

2 C’est-à-dire un complément intégré à la structure syntaxique du constituant considéré (ce que d’autres modèles traitent en termes de valence).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Grossmann, « COLTIER Danielle, AUDRAS Isabelle et DAVID Jacques (dir.) (2016). « Enseigner la grammaire : contenus linguistiques et enjeux didactiques » », Repères, 53 | 2016, 162-164.

Référence électronique

Francis Grossmann, « COLTIER Danielle, AUDRAS Isabelle et DAVID Jacques (dir.) (2016). « Enseigner la grammaire : contenus linguistiques et enjeux didactiques » », Repères [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://reperes.revues.org/1058

Haut de page

Auteur

Francis Grossmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • Revues.org