Navigation – Plan du site
Revue des revues et notes de lecture

CHARTRAND Suzanne-G. (dir.) (2016). Mieux enseigner la grammaire au primaire et au secondaire. Pistes didactiques et activités pour la classe

Montréal : Éditions du Renouveau Pédagogique. ISBN : 978-2-7613-7870-3
Pascal Riverin
p. 160-162
Référence(s) :

CHARTRAND Suzanne-G. (dir.) (2016). Mieux enseigner la grammaire au primaire et au secondaire. Pistes didactiques et activités pour la classe. Montréal : Éditions du Renouveau Pédagogique. ISBN : 978-2-7613-7870-3

Texte intégral

1Parmi tous les objets grammaticaux qui figurent dans les programmes de français très (voire trop) chargés, quels sont ceux qui devraient constituer le cœur de l’enseignement ? Comment élaborer et mener des activités de grammaire qui tiennent compte à la fois du développement cognitif et langagier des élèves et des plus récentes recherches en didactique ? Que retirer des erreurs des élèves qui pourrait contribuer à mieux intervenir auprès de ceux qui en ont besoin ? Pour répondre à ces questions, ainsi qu’à bien d’autres, Suzanne-G. Chartrand a réuni, au sein de Mieux enseigner la grammaire au primaire et au secondaire. Pistes didactiques et activités pour la classe, les expertises de didacticiens largement reconnus. Appuyés par un comité de lecture formé d’enseignants et de formateurs, les auteurs, issus de quatre pays où on enseigne le français dit langue maternelle ou première (Belgique, Canada, France, Suisse), proposent à la fois des réflexions sur l’enseignement de la grammaire et des pistes d’intervention auprès des élèves de huit à quinze ans.

2La première partie pose les bases de l’enseignement de la grammaire rénovée. Les trois premiers chapitres permettent aux futurs et nouveaux enseignants de mieux comprendre l’historique (J.-P. Bronckart), la pertinence (S.-G. Chartrand, M.-A. Lord et F. Lépine) ainsi que les contenus et démarches (E. Bulea Bronckart et M.-L. Elalouf) de la rénovation ; le formateur d’enseignants y trouvera une mine d’arguments qui montrent le bien-fondé du renouveau de l’enseignement grammatical. Le quatrième chapitre, rédigé par M.-A. Lord et M.-L. Elalouf, convaincra le lecteur de la nécessité de l’emploi fréquent d’un métalangage juste, car, soutiennent-elles, « il ne suffit pas de connaitre un terme, d’apprendre sa définition et de faire des exercices pour pouvoir ensuite utiliser dans une tâche de lecture ou d’écriture les connaissances apparemment acquises » (p. 69). Les auteures montrent ainsi l’importance d’un choix judicieux des termes de la métalangue et de leur utilisation fréquente, ce qui permettra à l’élève de conceptualiser les objets grammaticaux, de l’amener à « apprendre non seulement à reconnaitre et à distinguer les propriétés qui caractérisent [un concept], mais également à comprendre les relations ou les rapports qu’il entretient avec d’autres » (p. 69). Pour clore la première partie, S.-G. Chartrand, D. Cogis et M.-L. Elalouf s’attaquent à une nécessaire redéfinition des priorités dans l’enseignement de la grammaire. Elles établissent les principes d’une progression des apprentissages adaptée au développement des élèves et au temps nécessaire à l’acquisition de notions centrales. Après avoir exposé l’utilité d’une progression spiralaire (sensibilisation, étude systématique, consolidation de l’apprentissage) et l’importance de réduire le nombre d’objets à enseigner simultanément, elles définissent les priorités pour trois périodes de la scolarité (huit à dix ans, dix à douze ans, douze à quinze ans). Si la proposition de centrer l’enseignement primaire presque exclusivement sur l’acquisition de la morphologie grammaticale peut surprendre le lecteur, qui pourrait être tenté à tort d’y voir un nivèlement par le bas, elle plaira aux intervenants qui estiment, à l’instar des auteures, que la maitrise du système des accords nécessite de nombreuses heures d’apprentissage et que tabler sur cette priorité fournira à l’élève une base solide pour se concentrer sur la syntaxe au secondaire. On ne peut qu’espérer que ce chapitre inspirera les instances chargées d’établir la progression des apprentissages des régions francophones.

3La deuxième partie de l’ouvrage traite de dispositifs d’enseignement de la grammaire. Chaque chapitre vise à être le plus près possible de l’état actuel de la recherche et de la réalité des classes d’aujourd’hui en présentant des activités qui reposent sur des fondements didactiques solides. Le premier texte, de C. Péret et R. Gagnon, porte sur l’enseignement de la syntaxe à des élèves en difficulté. Même si certains exemples sont tirés de textes d’élèves issus de classes spécialisées, les intervenants de l’école primaire y reconnaitront les difficultés de nombreux élèves des classes régulières et sauront s’inspirer de la séquence de situations d’apprentissage proposée, qui relève entre autres l’importance d’utiliser des exemples contextualisés et d’utiliser une représentation visuelle de la construction d’une phrase.

4Dans un chapitre sur l’enseignement de l’orthographe grammaticale, D. Cogis, C. Brissaud, C. Fisher et M. Nadeau soulignent, à la lumière d’études françaises, une baisse du niveau des élèves dans ce domaine et établissent les fondements d’un enseignement renouvelé de l’orthographe grammaticale, dont assurer la verbalisation des conceptions et articuler connaissances et procédures. Parmi les activités d’enseignement proposées, le lecteur qui connait bien les écrits didactiques contemporains reconnaitra les dictées métacognitives. On y trouve un nombre suffisant d’explications, d’illustrations et de conseils qui faciliteront le déploiement de ces activités.

5Le chapitre « L’enseignement d’une notion-clé au primaire : le verbe », de P. Gourdet, D. Cogis et M.-N. Roubaud, montre que l’ouvrage est beaucoup plus qu’un collectif de chapitres indépendants d’auteurs différents : il s’agit d’un tout cohérent et bien articulé. Faisant écho aux priorités de l’enseignement de la grammaire établies dans la progression décrite au chapitre 5, les auteurs décortiquent le concept de verbe du point de vue didactique. On y apprend que, plusieurs décennies après le début de la rénovation, élèves et enseignants montrent toujours une connaissance du verbe axée sur la sémantique qui tient peu compte de sa dimension syntaxique, pourtant nécessaire à une conceptualisation complète et opératoire. S’inscrivant dans l’esprit des démarches présentées aux chapitres 2 et 3, les activités proposées amènent les élèves à « trier, comparer, classer, justifier, dénommer » (p. 161) et visent à développer chez eux des capacités comme identifier le verbe et repérer les régularités de marques de personne. Suivent un chapitre sur l’enseignement de la conjugaison (S. Roy-Mercier et S.-G. Chartrand) et d’autres traitant en bonne partie d’éléments de contenus destinés à des élèves plus avancés : la phrase subordonnée relative (S.-G. Chartrand et R. Gagnon), la virgule (V. Paolacci, D. Bain et M.-P. Dufour), la reprise de l’information (M.-C. Paret et S. Richard), les discours rapportés (F. Grossmann et L. Rosier) et la révision-correction de textes (J. Lecavalier, S.-G. Chartrand et F. Lépine).

6En somme, bien qu’il eût été pertinent de faire une place plus importante à l’enseignement de la grammaire aux élèves allophones dans le contexte d’aujourd’hui, où les classes sont souvent composées d’une plus ou moins grande proportion d’élèves qui ne parlent pas français à la maison, Mieux enseigner la grammaire au primaire et au secondaire. Pistes didactiques et activités pour la classe est un ouvrage complet. Il plaira autant à l’étudiant en formation des maitres qui veut comprendre les fondements historiques, théoriques et didactiques de l’enseignement de la grammaire qu’au praticien qui cherche à enrichir sa pratique à partir de pistes d’intervention concrètes et éprouvées par la recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Riverin, « CHARTRAND Suzanne-G. (dir.) (2016). Mieux enseigner la grammaire au primaire et au secondaire. Pistes didactiques et activités pour la classe », Repères, 53 | 2016, 160-162.

Référence électronique

Pascal Riverin, « CHARTRAND Suzanne-G. (dir.) (2016). Mieux enseigner la grammaire au primaire et au secondaire. Pistes didactiques et activités pour la classe », Repères [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://reperes.revues.org/1055

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • Revues.org